Entrez et prenez place dans la cité mythique d'Atlantis. Venez interpréter un personnage de la série ou un personnage de votre création
AccueilAccueil  WelcomeWelcome  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
♣ Bienvenue sur Stargate Atlantis - Le Jeu, Invité ♣
♣ De nombreux PV et Prédéfinis sont disponibles. N'hésitez pas à les prendre ♣
Ronon Dex, Olivia Anderson, Aldwin Skaros, etc...
Suite au changement de design, des petits détails sont encore en cours de changement.
Désolé de ce désagrément

Partagez|

Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Adrian Connors
⁂ I'm not a demon ⁂
⁂I'm your worst nightmare ⁂

⁂ I'm not a demon ⁂⁂I'm your worst nightmare ⁂

Date d'inscription : 14/01/2011
Messages : 211

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Close

MessageSujet: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia] Sam 6 Fév - 0:48


Quatre ans. Cela faisait maintenant quatre longues années qu'Adrian était là, à attendre les ordres d'Erika. Elle n'était plus aux commandes mais Miss Peterson était encore sa supérieure. Il n'avait qu'une seule envie, s'était de rentrer sur Terre. Faire le mal autour de lui, ça allait cinq minutes. Même si cela faisait un long moment qu'il n'avait pas taper sur quelqu'un. Depuis la "triste" disparition du direction de la CIS, il devait faire profil bas. Il n'y avait aucun soupçon et l'enquête tournait en rond mais il fallait se méfier. En attendant que cela se tasse, il fallait s'occuper. Tout le monde continuait à avoir peur de lui après tout ce qui s'était passé avant le départ d'Erika de la place de leader.

Aujourd'hui, il avait envie d'une petite balade. Après tout, il était encore libre de circuler sur la base. Mais autant aller fouiner à droite, à gauche, histoire de trouver des choses intéressantes et rien de tel que les zones inexplorées pour cela. Il est vrai que se balader dans ces endroits seuls étaient une chose interdite mais après tout, il n'allait jamais dans le sens des lois ou du règlement.

Avant de commencer son escapade, il prit soin de prendre quelques affaires dans un sac si besoin était. On ne savait jamais. Il pourrait démonter des choses qui pourraient lui servir. Au moins, se serait une chose en moins pour les scientifiques de la cité donc une réjouissance de plus pour le freelance.

Une fois, il se faufila vers les zones sombres de la cité sans être vu. Si une patrouille de surveillance le voyait faire, il l'arrêterait sur le champs. Passant inaperçu, il arriva sur son nouveau terrain de jeu. La lumière faisant quelques siennes pour rester allumer, Adrian sortit sa lampe torche afin de voir un peu plus clair dans ce dédale de couloir. C'est ainsi qu'il pu apercevoir un porte entrouverte. Le système d'ouverture devait être HS. Jetant un petit coup d’œil à l'intérieur, il pu apercevoir comme une sorte de laboratoire. Donc qui dit laboratoire dit sûrement des choses à subtiliser. Au travail désormais. Il ne fallait pas qu'il traîne ici pour qu’il se fasse remarquer. S'engouffrant dans l’étroit passage, il commença à s'atteler à sa tâche. Mais il était loin de se douter qu'il ne serait pas seule dans cette zone de la cité. A croire que personne ne peut être tranquille pour faire un mauvais coup...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azkadelia A. Tyandas
Co-Admin / [ x ] Angel Or Devil ?

Co-Admin / [ x ] Angel Or Devil ?

Date d'inscription : 27/10/2013
Messages : 303

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Open

MessageSujet: Re: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia] Sam 6 Fév - 14:53


    Zones Inexplorées, Cité d'Atlantis


    J'aime bien me balader dans la cité et découvrir de nouvelles choses. Il faut dire que partir en mission et suivre mon programme était devenu une routine. Je n’aurais jamais cru qu'un jour je m'avouerais avoir chuté dans une routine sans nom. Pourtant, c'est le cas et le fait de m'éloigner de la Terre m'a aussi permise de remettre les idées en place. Depuis que je suis sur la Cité, j'ai fais pas mal de connaissance et ma vie semble s'être apaisée. Apaisée, c'est vite dit lorsqu'on est militaire mais elle est moins perturbante qu'avant. Je me sens bien et contente de rester dans mon domaine favori. L'armée m'a sauvée la vie à plusieurs reprises et c'est encore le cas aujourd'hui. Voulant ne pas être dérangée, j'ai fini par aller faire ma tournée dans une zone inconnue et j'aime aller là-bas de temps à autre. Écouteur sur l'oreille gauche, je place mon lecteur MP3 au bras et je me mets à faire ma tournée. J'avais besoin de me motiver avec un peu de challenge. Bon d'accord, j'avais aussi des séances de thérapie auprès du Docteur Grayson mais ça, c'est plus une obligation exigée par l'US Air Force. J'ai fais des bêtises et j'en paye les conséquences mais je ne fais qu'assumer les actes de mes bêtises. Restant silencieuse, je me mets à contrôler dans la zone inexplorée même si j'ai mon communicateur avec moi sur la seconde oreille. On ne sait jamais, il est important de rester en contact avec le Central. Et de toute façon, je les avais prévenu. Une urgence ne peut pas attendre surtout si on nous appelle au poste. En vivant dans la cité, on passe notre temps à être en astreinte mais après tout, c'est un rythme auquel je me suis habituée et cela fait quand même plus de quatre ans que je suis sur la cité.

    Silencieuse, habillée en tenue de militaire et portant mon matériel avec moi, je parcours les coursives en écoutant de la bonne musique bien motivante comme Epica ou encore Deep Purple. Des groupes assez connus dont j'aime le style particulier. Dernièrement, j'ai découverte Grimes qui est assez spéciale aussi dans son genre. J'aime beaucoup la musique mais je n'ai pas la chance d'en savoir jouer. Inspirant et expirant lentement, je surveille tranquillement sans même me douter qu'il y a quelqu'un non loin de moi. Cependant, je reste tout de même vigilent car on est jamais sûre de ce qui peut arriver. Cependant, dans l'obscurité de lieux, une lumière vacillante attire ma curiosité. Celle-ci ne provient pas d'une lampe de poche mais d'une lampe dont le courant semble étioler. J'avais deux collègues avec moi mais nous nous sommes divisés pour recouvrir plus de zone afin de les répertorier dans la base de données de la cité. Retirant alors mon oreillette, je prends mon arme en main type berretta et je m'avance en vérifiant où je marchais. Je devais être prudente. Ma longue chevelure est attaché en chignon et je n'étais pas maquillée. Bref comme toutes les femmes militaires. Silencieuse, je m'approche de la porte entrouverte et je passe la tête.

    C'est à ce moment-là que je le vois en train de faire je ne sais pas quoi ? A vrai dire, il était de dos donc je ne vois pas ce qu'il fait. Passant dans l'ouverture, je l'observe en silence avant de pointer mon arme dans sa direction.

    « - Lâchez ce que vous avez en main et levez-les en l'air … Puis retournez-vous. Vous êtes dans une zone interdite aux Civils... »

    Il est vrai que beaucoup de ses zones sont interdites aux civils. Il faut dire que ses zones ont un peu mal vieillit et que beaucoup d'endroit menacent de se casser la figure. C'est bon ça qu'on interdit aux civils de venir dans le coin. Les Ordres de la dirigeante de la cité sont assez clairs là-dessus. Tant que les zones n'ont pas été entièrement explorées et vérifiée, aucun civils n'est autorisé à venir ici. Gardant une distance plus que raisonnable avec l'homme en question et je ne l'avais pas connu ou reconnu vu qu'il est encore de dos. L'observant droit dans les yeux, je conserve ma neutralité. Retirant une main de mon arme, je l'approche de ma radio pour signaler sa présence dans la zone.

    « - Bridson, Ridley, rejoignez-moi au Sud. Nous avons de la visite... »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adrian Connors
⁂ I'm not a demon ⁂
⁂I'm your worst nightmare ⁂

⁂ I'm not a demon ⁂⁂I'm your worst nightmare ⁂

Date d'inscription : 14/01/2011
Messages : 211

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Close

MessageSujet: Re: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia] Dim 7 Fév - 16:15


La tranquillité. Dans le dictionnaire, vous trouverez cette définition : état de quelqu'un qui est sans inquiétude, qui n'est pas dérangé. Mais pour Adrian, la tranquillité était une chose dont il n'allait pas bénéficier trop longtemps. A croire que c'était une chose impossible à avoir, même perdu au fin fond de la cité et cela agaçait vraiment le freelance de la CIS.

Dire qu'il était si tranquille avant d'entendre une vois agaçante lui parvenir aux oreilles et surtout que cette voix les lui casse. Depuis son arrivée, il n'avait eu guère le temps de faire des choses intéressantes. Il aurait du vérifier les alentours avant de s'atteler à ce laboratoire. Il devenait de plus en plus rouillé à ne plus rien faire d'illégal. A croire qu'il deviendrait presque un homme comme les autres. Il avait besoin d’entraînement et cette petite empêcheuse de tourner en rond allait peut-être l'aider. Après tout, si on venait à le signaler dans une zone interdite aux civils, on risquerait de lui demander des comptes et il n'avait aucune intention d'en fournir de si tôt. Il devait agir et vite. La voix toujours aussi agaçante avait appelé ces petits toutous à la rescousse. Lui tournant toujours le dos, Adrian se mit à réfléchir de façon expéditive. Il se retourna lentement, sans faire de geste brusque mais ne lâchant pas la pied de biche qu'il avait dans la main droite. Il se retrouva nez à nez avec une si jolie brune. Mais elle pourrait l'être encore d'avantage si elle n'avait pas son arme pointé sur l'homme en face d'elle. Un si joli petit minois avec une arme si laide entre les mains. Quel gâchis. Enfin bref. Adrian adressa un large sourire à la militaire en face de lui qui n'en démordait pas et gardait toujours son arme pointé sur lui. De si loin, il ne pouvait rien faire. Il devait se rapprocher d'elle et vite avant que la cavalerie arrive vers sa position.


« Hey ma jolie, si tu baissais déjà ton arme, on pourrait discuter.

Autant commencer la conversation sur un ton plutôt doux. Peut-être qu'elle serait compréhensive. Ou alors, il fallait jouer les innocents. Parfois cela fonctionnait même si cette militaire n'allait sûrement pas le croire. Malgré que la lumière de la pièce était faible, elle allait le reconnaître à moins qu'elle ne soit vraiment pas au courant de ce qui s'est passé sur la cité il y a quelques temps auparavant.

« Je suis désolé, j'ai du m'égarer au détour d'un couloir et je me retrouvé là comme par hasard. »

Toujours armé, il avança de quelques pas en direction de la jeune femme en prenant bien soin de la regarder et voir sa réaction. Si elle osait presser la détente, tout serait finit et ça, il n'en avait pas le droit. Il se devait de rester en vie pour enquiquiner son monde un maximum. C'était pour cela qu'Erika lui avait demander de rester et il mènerait sa mission à bien jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azkadelia A. Tyandas
Co-Admin / [ x ] Angel Or Devil ?

Co-Admin / [ x ] Angel Or Devil ?

Date d'inscription : 27/10/2013
Messages : 303

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Open

MessageSujet: Re: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia] Jeu 10 Mar - 20:22


    Zones Inexplorées, Cité d'Atlantis


    A vrai dire, je ne fais pas ce que je veux. En effet, j'ai des supérieurs au-dessus de ma tête et je devais appliquer le protocole. Depuis mon arrivée sur la cité, j'avais presque toujours pris soin d'appliquer le règlement à la lettre. Je me savais sur la sellette alors je ne joue plus avec le feu et il n'y avait pas eu un seul problème avec moi depuis mon arrivée. La cité m'a redressée et remise sur le droit chemin. J'ai arrêté de boire mais je n'ai plus touché une seule goutte d'alcool depuis. Même lors des soirées de Noël et Nouvel An organisées sur la cité. J'étais en thérapie, je n'allais pas me laisser replonger là-dedans. Je me le suis interdit. Finalement, je suis très bien ici et j'ai pris un nouveau départ. C'était peut-être ça qu'il me fallait... Mais revenons à nos moutons. Je venais d'appeler mes deux collègues comme l'exige la procédure. Parfois, je me ficherais bien de la procédure. Il faut dire que c'est barbant et bien souvent, cela a la fâcheuse tendance à me gaver. J'ai fais des bêtises et je l'assume. Je vis dans un monde où ne pas assumer ses erreurs est symbole de désertion et de trahison. Je l'ai voulu alors j'assume la totalité de mes actes. Arme en main, visant la personne, je ne m'attendais pas à voir un visage connu... Tient, tient... Voilà longtemps qu'on ne l'avais plus vu traîner dans les couloirs... Et bien, je sais pourquoi maintenant du coup. Il semblerait qu'il préfère les endroits froids, humide en solitaire. Une horrible pensée me traverse la tête et je préfère la chasser aussi rapidement qu'elle st arrivée. Affichant un visage aux traits dur, je n'affiche rien afin de rester professionnelle. N'est-ce pas l'une des raisons pour laquelle je me trouve actuellement sur la cité. Maintenant mon arme vers lui, je ne suis pas sûre que cela soit une bonne idée de lâcher prise.


    Car oui, je l'ai reconnu et lorsque l'ancienne dirigeante de la cité, Erika Peterson, était encore en poste, il avait de drôles de tendance et il était connu pour être le petit toutou de la blonde. Comment expliquer la vision que j'ai de la blonde ? Je suis loin d'être d'accord avec ses principes mais je suis restée silencieuse. Par ailleurs, sa suspension est une nouvelle que j'ai très bien accueillie, préférant de loin le Docteur Elizabeth Weir à cette blonde pulpeuse. Car c'est exactement ce qu'elle est... Elle est très superficielle pour finalement pas grand chose. Enfin, ce ne reste que mon point de vu. Mais en tant que militaire, j'avais surtout fait gaffe à mes arrières. Gardant son toutou en ligne de mire, je garde mon arme levée tandis qu'il tenait toujours son pied de biche. Faisant un faux sourire, elle ne le lâche pas des yeux et son arme est toujours pointée sur lui.


    « - Donnez-moi une seule bonne raison de le faire, Connors ? Et puis, pourquoi le ferais-je puisque vous avez toujours le pied de biche dans la main … »


    Je suis loin d'être dupe. Lorsqu'il traîne dans les parages, il y a toujours des ennuis. En plus, je vois qu'il essaye de se rapprocher. Ma foi, ne prendrait-il pour une idiote ? Un pied de biche à la main tout en se rapprochant... S'il arrive à proximité de moi, il se pourrait bien qu'il tente de me frapper avec ça. Je recule alors tout en faisant attention où je marche pour ne pas que la situation s'inverse. Mais c'est un dur dilemme. Je serais tenté de le croire si je ne le connaissais pas mais on a reçu suffisamment d'avertissement le concernant. Je devais donc rester très prudente à ses faits et gestes ainsi qu'aux miens. Car on est jamais sûrs de ce qu'il peut faire...


    « - Vous en avez d'autres des excuses aussi ridicules ? »


    Je ne le crois pas. Surtout que c'est une zone interdite. Encore, si c'est un enfant, je peux encore comprendre mais là... Je doute réellement qu'il se soit perdu. Surtout avec de tels objets dans les mains comme le pied de biche par exemple. Je ne veux pas le tuer mais je peux lui tirer dans une jambe ou dans un bras que cela ne me poserait aucun souci. Au vu du passif de celui qui se trouve en face de moi, je n'aurais aucun mal de faire passer ça pour de la légitime défense. Mais je dois être très prudente car même si c'est une zone interdite, il n'est pas impossible qu'il y est de quoi surveiller la zone. J'attendais que mes collègues arrivent et honnêtement, j'avais hâte car la mort de Connors ,même s'il est connard sur les bords, risquerait de m'attirer les foudres de mes supérieurs...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adrian Connors
⁂ I'm not a demon ⁂
⁂I'm your worst nightmare ⁂

⁂ I'm not a demon ⁂⁂I'm your worst nightmare ⁂

Date d'inscription : 14/01/2011
Messages : 211

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Close

MessageSujet: Re: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia] Jeu 14 Avr - 13:49


Pourquoi personne ne le croyait jamais ? Lui qui était si doux, si gentil. Ah non pardon, je me trompe. Il avait un long passif derrière lui et rien d'étonnant que personne ne lui fasse confiance désormais et il avait raison. Même s'il avait perdu de sa superbe avec le temps, il avait encore de la ressource, il lui manquait juste de l’entraînement. Cette militaire allait sûrement faire l'affaire pour aujourd'hui.

Adrian était toujours armé de son pied de biche. Étant tout de même intelligente, la militaire en face de lui, restait sur ses gardes, mais il devait faire quelques choses. Il savait très bien que la section où il se trouvait, était interdite à la circulation des civils et si les deux gugusses qui lui servaient d'équipiers décidaient de se pointer, s'en était fini de ses petites magouilles discrètes. S'il voulait, il pourrait prendre son arme à feu dans son holster et lui tirer tout simplement une balle entre les deux yeux mais cela risquait d'attirer tout le pâté de maison avec la déflagration et là plus de doute, il se ferait arrêter sur le champ. De plus, ce n'était pas dans les habitudes d'Adrian de faire dans la brutalité. Il savait faire dans la délicatesse. Il est vrai que faire sauter des quartiers n'était pas des plus fin mais parfois il fallait faire des exceptions. Enfin bref. Son 9mm était à bannir. Le freelance s'éclaircit la voix et afficha son plus beau sourire sur son visage avant de répondre à la jeune femme.


« Ce pied de biche est mon seul et unique ami ici donc je tiens à lui et je n'ai pas envie de le lâcher. Il faut me comprendre. Toi aussi tu tiens à tes amis les plus chers. »

Mais à première vue, cette nouvelle excuse ne sembla pas convaincre la militaire. Le temps tournait et il devait faire vite. Ses coéquipiers ne devaient sûrement plus être très loin. C'est alors qu'une idée lui vint en tête.

« Bon d'accord, j’arrête avec mes excuses bidons. Regardes, je le lâche. Je me rends. »

Mais Adrian resterait toujours Adrian et ça, jusqu'à sa mort. Il lui était impossible de lâcher quelque chose comme tout le monde, tout simplement en ouvrant sa main et laissant tomber son objet sur le sol. Non, cela lui était impossible. Il confondit boomerang et pied de biche, sauf que cet outil n'avait pas pour habitude de revenir à la maison tout seul. Il lança son pied de biche en direction de la jeune femme pour la déstabiliser et non plus pour le lui encrer dans le crane. Cela serait beaucoup trop salissant et Adrian n'était pas du genre à aimer faire le ménage. Il profita de ce moment de confusion pour s'approcher dangereusement de la militaire et la désarma d'un geste vif et se saisit de son beretta. Adrian avait toujours pensé que les militaires de cette cité n'étaient pas des flèches et bien une fois encore, il ne s'était pas trompé.

« On ne t'a jamais appris quand tu as fais tes classes, que se laisser prendre son arme par un ennemi, n'était pas la meilleure chose à faire ? Donc maintenant, ce que tu vas faire, tu vas prévenir tes deux rigolos qui t'accompagnent, de retourner faire mumuse ailleurs et que tu t'es trompé et que tu n'as vu personne ou au pire, un rat. »

Il ne s'attendait pas à ce qu'elle coopère de son plein gré, même sous la menace d'une arme et même de sa propre arme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azkadelia A. Tyandas
Co-Admin / [ x ] Angel Or Devil ?

Co-Admin / [ x ] Angel Or Devil ?

Date d'inscription : 27/10/2013
Messages : 303

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Open

MessageSujet: Re: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia] Dim 2 Oct - 16:56


    Zones Inexplorées, Cité d'Atlantis


    Peut-etre parce qu'il n'a pas cesser de raconter des histoires se mettant ainsi tout le monde à dos... En tout cas, je ne crois pas un seul mot de ce qu'il m'a dit. C'est comme me dire qu'un sandwich est au poulet alors qu'il y a des cornichons à l'intérieur... Ne le lâchant pas du regard, il tenait encore son pied de biche. Et pour cause... Mais je sais que n'importe quel arme est dangereuse  entre ses mains. Comment puis-je croire un homme qui prend toujours plaisir à s'amuser avec un ennemi ? Non, cela ne marche pas avec moi pour être honnête et je ne veux pas le croire. Les gens ne changent pas, ils évoluent... Mais comme je sais aussi que sa blonde de maitresse est encore sur la cité, j'ai toutes les raisons de ne pas croire ce qu'il dit. Qui me dit qu'il n'a pas reçu des ordres précis pour faire sauter le commandement de la cité , ce qui est un peu l'habitude de la Commission Internationale de Sécurité. Bref, je ne sais rien alors ma méfiance est de mise. J'arque alors un sourcil en l'entendant dire que ce pied de biche est son ami... Il doit être complétement félé lui, c'est pas possible. Il a vraiment besoin de soins psychologiques. Pour le moment, j'ai le dessus mais je devais me méfier car  il peut utiliser tout et n'importe quoi pour reprendre le dessus.

    Le tenant en joug, je ne le lâche pas du regard et il me dit qu'il se rend. Restant méfiante, je vis le pied de biche voler dans ma direction et j'ai pour réflexe de sauter sur le coté. Mais trop proche d'Adrian qui me désarme alors et retourne mon arme contre moi. Eh merde. En fait, j'ai compris trop tard ce qu'il voulait faire. Me retrouvant donc en posture délicate, je redresse la tête fixant ainsi Adrian tenant mon arme dans ses mains. Bien entendu, il impose ses conditions. Coude au sol, je ne peux même pas les lever pour montrer ma reddition. Il veut que je dise à mes camarades que je me suis trompée. Ne bougeant pas, je prends une inspiration avant d'essayer de le déséquilibrer avec mes jambes. Je ne sais pas ce qu'il fait là mais je dois le découvrir mais actuellement, je dois gagner du temps le temps qu'ils arrivent. Mais que font-ils ? Ils se branlent ou quoi ? J'ai vraiment l'impression que cela dure une éternité.


    « - Ne vous inquiétez donc pas pour moi... »


    Je finis par le déséquilibrer me permettant de me remettre sur mes jambes et de le viser avec mon P90. Eh oui, lorsqu'on visite les zones inexplorées de la cité, on est aussi armés que lorsqu'on part en mission. Portant donc mon gilet pare-balle et mon p90, je n'aurais aucun regret à m'en servir contre lui. Cependant, les deux se retrouvent face à face avec chacun une arme à la main. On se croirait presque face à un duel où le premier qui tire gagne. Par ailleurs,cela pouvait être drôle de voir des dames faire leur duel en talons-aiguille. Mais je dis ça, je dis rien. C'est tellement bête. Regardant donc Adrian, je ne veux pas le lâcher de yeux tout en restant sur mes deux jambes. Dans le fond, j’espérais que mes deux camarades arrivent rapidement afin de mettre fin à tout ça... Mais en attendant, je devais me débrouiller pour le garder sous mes yeux. Aucun tir, aucun coup de feu lancé.... On était comme figée et j'attendais. Un signe, un geste qui ferait que je pourrais appuyer sur la détente. Je respire normalement même si mes battements cardiaques ont augmentés. Je suis militaire et je m'assure de garder la forme, y compris sur la cité. S 'il veut se battre alors j'ai de la réserve...


    « - Je crois surtout qu'on va les attendre gentiment... »


    Je le pense sincèrement et je ne voulais blesser personne et encore moins l'abattre. Pourtant, j'aurais une raison valable mais je ne suis pas du genre à tirer sur n'importe qui. J'ai fais l'erreur une fois, je ne l'a ferais pas deux fois. Je ne dois pas merder et j'en ai pleinement conscience. Gardant mon P90 levé vers Adrian, je reprends une respiration classique tandis qu'on est l'un contre l'autre arme levé envers l'autre. Mais qu'importe... Si je dois tirer, je sais où frapper. Je ne suis pas médecin mais je ne suis pas non plus un assassin. Gardant mon sang-froid, je ne le lâche du regard attendant le moindre faux pas...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adrian Connors
⁂ I'm not a demon ⁂
⁂I'm your worst nightmare ⁂

⁂ I'm not a demon ⁂⁂I'm your worst nightmare ⁂

Date d'inscription : 14/01/2011
Messages : 211

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Close

MessageSujet: Re: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia] Jeu 20 Oct - 22:01


Mais quel idiot il faisait. Lui qui se croyait au dessus de tout le monde, au dessus des lois également, et bien, il venait de se faire avoir comme un bleu. Il venait tout simplement de finir le cul par terre à cause de la belle demoiselle devant lui. Elle lui donnait vraiment du fil à retordre, pas comme cette Jenny mollassonne. La scientifique était loin de lui arriver à la cheville. Elle, elle était bien différente. Après tout, c'était une militaire. Elle avait un certain caractère car peu de personne n'avait jamais osé lui tenir tête. Adrian aimait ça. Elle lui faisait presque pensé à Alexis, son grand amour. Elle aussi avait un certain caractère. Mais pour le moment, l'heure n'était pas à la nostalgie de l'ancien temps. L'heure était plutôt à la frappe mentale. C'était justement ce que Adrian était en train de se faire. Il avait presque honte de s'être fait avoir de la sorte. Si ces amis venaient à la rescousse de la jeune femme, il était plus que mal barré. Ce n'était pas comme s'il avait commis un meurtre il y a quelque temps de cela. Certes, l'affaire piétinait faute de preuve, mais il ne préférait pas tenter le diable.

Toujours à terre mais toujours son arme en main et pointé vers la jeune femme, le freelance réfléchissait et réfléchissait même très vite. La situation semblait bloquée entre eux deux tel un vieux western des années 60. Elle voulait les attendre, très bien. Adrian n'en sera que plus attristé s'il devait aussi les tuer. Au fond de ces zones inexplorées, on les retrouverait dans très longtemps.


« Je pensais que tu aurais préféré que nous restions seuls, tous les deux, en tête à tête comme deux amoureux lors de leur première sortie. Sinon, tu permets..."

Toujours en visant la militaire, Adrian se redressa sur ses jambes. Se sentir en position d'infériorité lui déplaisait fortement. Il fallait espérer qu'elle ne tire pas sur lui parce qu'il avait daigner bouger mais apparemment non et fort heureusement.

"Je me relève car mon vieux dos ne supporte pas d'être par terre. Mes lombaires ne sont plus ce qu'ils étaient."

Le temps qu'Adrian se remette sur ses pieds, des bruits de pas rapides se firent entendre au loin. Ses collègues avaient finalement fini par la retrouver dans ce dédale de couloirs. Un véritable labyrinthe quand on ne s'y connaissait pas. Sa fin était proche, il devait agir rapidement. Cela ne manqua pas, les deux autres militaire firent leur apparition. Adrian poussa un long soupir intérieur. Sa main se resserra sur la crosse de son arme. Ses yeux passèrent d'homme en homme. Il n'avait pas trente six choix qui s'offraient à lui.  D'un côté, ils étaient perdus au fin fond d'une zone perdue de la cité. Personne ne l'entendrait.

"Désolé les mecs, vous êtes venus pour rien."

A peine eut-il terminer sa phrase, que son arme se dirigea vers le militaire de droite afin de lui loger une balle en pleine tête. Les répliques ne se firent pas attendre. Adrian se jeta derrière une console vers le centre de la pièce afin de s'y abriter afin d'éviter les tirs. Le freelance arriva à toucher le second militaire d'un balle dans la gorge. Il ne passait pas des heures au stand de tir pour rien. Il n'était pas un tireur d'élite mais il savait tout de même bien se défendre. Les tirs cessèrent. Adrian fit le mort afin de faire sortir de la jeune femme de son trou. Elle était désormais seule. Toujours à l'affut, il entendit des pas légers s'approcher de lui. Elle avait décidé de sortir de sa tanière. C'était le moment d'agir. Il ne voulait pas la tuer. Adrian a toujours aimer s'amuser un peu avant de devoir tuer. Ne lui restant que quelques munitions dans son chargeur, il ne devait pas les gaspiller. Se levant rapidement, il tira sur la jeune femme. Le projectile alla se loger dans son mollet, ce qui lui fit perdre l'équilibre. Le moment parfait pour en finir. Avec hâte, il sortit de sa cachette et se dépêcha de lui prendre son arme afin qu'elle ne riposte pas et surtout, qu'il est une arme supplémentaire avec lui.

"Désolé ma belle mais j'aurai du te prévenir que je n'aime pas perdre. Mais ça m'embête car tu m'as obligé à tuer tes deux collègues. Ils n'avaient l'air plutôt sympa."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azkadelia A. Tyandas
Co-Admin / [ x ] Angel Or Devil ?

Co-Admin / [ x ] Angel Or Devil ?

Date d'inscription : 27/10/2013
Messages : 303

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Open

MessageSujet: Re: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia] Sam 22 Oct - 19:05


    Zones Inexplorées, Cité d'Atlantis

    Je le tenais en joug et je le suis avec mon arme en main. Je ne suis pas du genre à tirer pour rien et bien que l'envie de le tuer est bien présent, je me sais que la sellette alors j'évite de faire des gaffes qui peuvent me coûter ma carrière. Surtout maintenant que j'ai retrouvé un certain équilibre loin de la Terre, j'y tiens. Peut-être rien coté amoureux mais ici, je n'en ai pas vraiment besoin. Et je ne suis même pas sûre de tomber de nouveau amoureuse alors... Je n'ai rien à perdre en restant sur la cité et tout à y gagner au contraire. J'avais biaisé mon partenaire du moment et nous étions l'un contre l'autre, arme en main. Moi avec un P90 et lui avec un baretta... Cela promet d'être épique si des coups de feu résonnent par la suite. Je reste calme et je le regarde ne voulant pas qu'il m'échappe. Elle montre un sourire en coin lorsqu'il parle d'un couple d'amoureux en sortie. Finalement, en sait-il quelque chose ? Je ne m'attarde pas sur ce détail et je le garde bien en joug.

    « - Il faudrait pour cela qu'on forme un couple et étrangement, je ne m'en souviens pas. »

    Comme ça, c'est dit et je peux continuer à le charrier bien que cela soit plutôt un adversaire de la cité. On ignore pour qui il travaille et le fait de ne pas le tuer va peut-être permettre au commandement de juger la dangerosité de cet individu qui tourne depuis un peu trop longtemps dans cette cité. Après tout, il peut préparer tout et n'importe quoi... Surtout lorsqu'il en possession d'arme que je lui ai donné sans le vouloir. C'est alors qu'elle entend des bruits de pas et je ne le lâche pas du regard. Au moindre faux pas, je devrais probablement lui tirer dessus. C'est alors qu'il parle à mes collègues et je tire dessus mais il parvient à éviter toutes mes balles alors que mes collègues tombent sur le sol sans vie. Regardant alors dans le direction de Connors, je le vois à terre et je soupire avant de m'agenouiller auprès de mes collègues. Prenant leur pouls, je ferme les yeux en lâchant un soupir... En effet, leur cœur ne bat plus et ils sont morts. Encore des victimes à ajouter sur la longue liste des morts causée par cet idiot... J'ai peut-être toutes les raisons de le détester finalement. Me relevant, je garde mon P90 en main et je marche lentement vers lui, espèrant qu'il soit mort pour de bon. Bon sang, il vient de tuer de sang froid deux de mes coéquipiers militaire qui avaient probablement une famille. M'approchant avec la plus grande prudence, je porte alors une de mes mains à mon talkiewalkie pour prévenir le centre de commandement de la mort de mes confrères. Cependant, j'ai juste le temps d'appuyer sur la touche qu'Adrian ne se redresse et me tire une balle dans le mollet.

    « - Arghhhhh ! »

    Voilà le cri faible et la grimace qui se font entendre et voir au moment où la balle transperce mon mollet. On peut dire que je la sens passer. Ayant détacher mon P90 en voulant vérifier le pouls de mes collègues, je tombe à la renverse tout en lâchant celle-ci. Le voyant courir dans ma direction, je tente de reprendre mon arme qu'il me pique avant que j'ai le temps de le prendre en main. Me voilà donc prise en otage par Connors. Je lâche un soupir et je lève la tête en l'air en me disant que je suis dans la merdez. Cette fois, il tient mes deux armes et il me vise avec. Et vu ce qu'il a fait à mes collègues, je peux confirmer qu'il sait s'en servir et il est loin de tirer comme un bleu. A croire qu'il est né avec un viseur dans les doigts qui sait ? Maintenant qu'il a repris l'avantage, que va-t-il faire ? Il me dit qu'il n'aime pas perdre... Ouais, bah ça, je l'avais remarqué et il me dit que je l'ai obligé. Celle-là, c'est la meilleure. On a toujours le choix et c'est de son propre chef qu'il a tirer et tuer. Ne le lâchant pas du regard, je finis par lever les mains à hauteur de mes épaules, résignée. Je n'ai pas le choix. Je peux éviter l'usage d'une arme mais à la seconde il n'hésitera pas à me buter.

    « - Que comptez-vous faire maintenant que vous avez repris l'avantage ? »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adrian Connors
⁂ I'm not a demon ⁂
⁂I'm your worst nightmare ⁂

⁂ I'm not a demon ⁂⁂I'm your worst nightmare ⁂

Date d'inscription : 14/01/2011
Messages : 211

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Close

MessageSujet: Re: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia] Lun 9 Jan - 23:52


Une victoire, une de plus à son palmarès. Pourquoi tout le monde s'évertuait à essayer de le battre. A un moment où à un autre, il finissait toujours pas l'emporter. Pour ce faire, aujourd'hui, il avait quand même dû tuer deux militaires. A la force de tuer des gens , on finirait par lui tomber dessus et comprendre qu'il était aussi l'auteur de l'assassinat du directeur de la Commission de Sécurité et ça, il ne pouvait vraiment pas se le permettre. Il avait encore beaucoup à faire sur cette cité et pour le moment, il devait s'occuper de sa nouvelle amie. La tuer lui semblait une bonne idée mais cela faisait un moment que le freelance ne s'était pas amusé un peu avec quelqu'un. Autant saisir cette opportunité.

« - Que comptez-vous faire maintenant que vous avez repris l'avantage ? »

Adrian fit semblant de lever les yeux au ciel, à la recherche d'idée de choses qu'il pourrait désormais faire. Il avait bien quelques idées sordides mais il les garderait bien emprisonner dans sa tête pour le moment. Tout bon psy le ferait interner immédiatement si ses idées venaient à sortir. Le jeune homme finit par ranger le 9mm derrière son dos, coincé dans sa ceinture, tout en prenant soin de ne pas lâcher le P-90. Il finit par s'accroupir près de la jeune femme, toujours à terre.


"Disons que j'ai mille idées qui me viennent en tête. Te tuer me remplirait sûrement de joie mais d'un autre côté, j'ai déjà tué tes deux collègues, ça me suffit pour aujourd'hui. Je ne manquerais pas d'adresser mes condoléances à la famille. Et quand on me demandera comment sont-ils morts, je leur répondrais : grâce à la désobéissance de leur collègue qui n'a pas été capable de m'écouter quand je donne un ordre. Je pense que leurs familles comprendront facilement. Dire qu'à cause de toi, ils sont tout deux en train de baigner dans leur sang. C'est quand même dommage. Bon, je dois bien dire, que je ne les ai pas loupé. Je t'apprendrais à viser la prochaine fois. Vous les militaires, vous êtes bien tous aller à la mauvaise école."

Non, Adrian n'était pas tordu mais il savait tout de même retourner un peu le cerveau de ses victimes. Après tout, il ne faisait que dire la vérité. Si la militaire avait effectivement rappelé ses camarades afin de leur dire de ne pas venir, ils seraient encore en vie. Il n'allait pas pleurer ces morts. Il finit par s'accroupir à côté de son otage, prenant une attitude très loin d'être menaçante mais tenant toujours son arme en main.

"Comme j'ai l'impression que nous allons devenir de grands amis, on va faire un petit jeu. Enfin non, plutôt un genre de test. Je vais voir si les membres de notre chère armée américaine sont assez endurant et je pense qu'on va commencer maintenant..."

Sans crier gare, Adrian retourna son P-90 afin d'asséner un coup violent de crosse dans la tête de la jeune femme, qui perdit connaissance. Une mine boudeuse naquit sur le visage du freelance tout en secouant la tête.

"Tu viens déjà d'échouer au premier test ma pauvre. Tu es mal partie. Pitoyable tout ça", lâcha t-il en se relevant. Maintenant, il fallait qu'il fasse un peu de ménage. Il serait embêtant que quelqu'un tombait sur deux cadavres gisant à moitié dans le couloir. Déposant le P-90 sur une des consoles de la pièce, Adrian se hâta de ramener les deux militaires inertes au centre de la pièce, en profitant au passage pour pousser un maximum de douilles, du pied. Il fallait qu'il laisse le moins de trace possible d'affrontement même si les traces de sang ne s'en iraient pas toutes seules. Avec le peu de passage, il finirait par sécher par lui même et personne n'y prêtait attention. Terminant avec eux en fouillant leur corps, il prit tout ce dont il avait besoin. Au tour de la belle demoiselle endormie désormais. Elle aussi, il lui ôta son gilet tactique et tout ce qui allait avec. Pas les vêtements quand même, Adrian n'était pas de ce genre là.

Terminant de ranger ce qu'il venait de récupérer dans son sac, son cerveau en profiter pour réfléchir à vive allure. Il devait mettre les voiles avec sa belle aux bois dormants et le plus vite possible serait encore mieux. Mais, il restait un petit détail à régler. Si sa douce venait à se réveiller, il devait faire en sorte qu'elle se tienne tranquille. Il menotta la jeune femme, les mains dans le dos avant de l'embarquer sur son épaule. Adrian enjamba les deux corps inanimés des militaires avec son colis toujours sur l'épaule qu'il déposa sans grande délicatesse sur le sol du couloir. Il s'efforça à plus ou moins refermé la porte du laboratoire de toutes ses forces, pour cacher ce qu'il venait de faire. Désormais, il ne devait pas trainer dans les parages si les coups de feu avaient été entendu de loin. Il devait se trouver un endroit beaucoup plus calme. La section dans laquelle il était, ne voyait jamais personne. S'il s'enfonçait d'avantage dans le noir, personne ne viendrait normalement le chercher. N'allant tout de même par porter la militaire, il se saisit de l'une de ses chevilles et la traîna sur le sol.

A la lueur de sa lampe torche, il avança petit à petit, zigzaguant entre les morceaux de murs qui jonchaient le sol des couloirs. La zone n'était pas en ruine mais il avait du se passer des choses ici ou le temps avait fait son œuvre. Personne n'était venu ici depuis un bon moment. Arpentant les couloirs, il continua sa route, en ne prêtant pas vraiment attention à la femme derrière lui qui servait de serpillère. Sa tête cognait dans les morceaux de roche qui croisaient son chemin. Tant pis, Adrian lui ferait un bisou magique pour que la douleur passe quand elle reviendrai à elle. Après encore quelques instants de marche, il pensa avoir trouver son bonheur. Un autre labo, tout aussi miteux que le précédent mais avec une porte qui fermait correctement. Enfin un peu de tranquillité. Il s'engouffra à l'intérieur en profitant pour taper la tête de la jeune femme contre la morte avant de la fermer derrière lui. Il déposa son colis un peu plus loin dans la pièce, la laissant inerte sur le sol. Déposant ses affaires un peu plus loin, il retourna verrouillé la porte en enlevant les cristaux de contrôle si l'envie lui venait à son nouveau jouet de partir précipitamment.

Maintenant que faire avec elle. Tant d'idées lui venaient en tête mais il n'avait pas ce qu'il voulait sous la main. Il allait devoir improviser mais pour le moment, il devait réveiller la militaire. Et quel est la meilleure des façon pour cela ? La sienne bien sur.


"Allez la belle aux bois dormants, on se réveille, lança t-il tout en lui assénant plusieurs coups de pied à la Lieutenant afin qu'elle daigne sortir des bras de Morphée."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia]

Revenir en haut Aller en bas
Je suis le chat... et toi la souris [Azkadelia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Aaren Chase : Je suis comme un miroir, tu me souris, je te souris, tu me grimaces, je te grimace
» Je suis le chat, Jack la souris et toi Jenna ? [Pv: Jenna et Jack]
» Le chat et la chauve-souris (Sélina Kyle)
» Jouer au chat et a la souris dans un tunnel, ça vous tente ? (Suite du rp studio)
» Jouons au chat et à la souris ! [Black-Mask & Duela Dent]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stargate Atlantis - Le Jeu :: ATLANTIS, GALAXIE DE PEGASE :: Secteur Tactique :: Zones inexplorées-
Sauter vers: