Entrez et prenez place dans la cité mythique d'Atlantis. Venez interpréter un personnage de la série ou un personnage de votre création
AccueilAccueil  WelcomeWelcome  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
♣ Bienvenue sur Stargate Atlantis - Le Jeu, Invité ♣
♣ De nombreux PV et Prédéfinis sont disponibles. N'hésitez pas à les prendre ♣
Ronon Dex, Olivia Anderson, Aldwin Skaros, etc...
Suite au changement de design, des petits détails sont encore en cours de changement.
Désolé de ce désagrément

Poster un nouveau sujetRépondre au sujetPartagez|

Another Life Time

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
S.T.A.R.G.A.T.E
¤ Who are you ¤
¤ Who are you ¤

Date d'inscription : 03/12/2007
Messages : 269

MessageSujet: Another Life Time Sam 1 Oct - 23:57

Another Life Time

« (c) Gif by poisoned-apples.tumblr »

Résumé : Depuis plus de six mois, un tueur en série se promène dans les rues de New York. Au début, la police pensait à de simples meurtres, sans lien entre eux. Mais lorsque les crimes se ressemblent trait pour trait, cela n'est pas une coïncidence. La police très souvent critiquée pour leur inefficacité à ne pas pouvoir protéger les habitants de la Grosse Pomme. Police criminelle et scientifique sont obligées de s'allier afin de trouver ce meurtrier afin de la traduire devant la justice. L'enquête sera longue. Le temps passe et les cadavres s'empilent dans les ruelles sombres de la mégalopole.

Le temps séparant les meurtres se raccourcit. Une nouvelle victime sera bientôt à déplorer. La police est toujours aussi impuissante. Et si l'histoire changeait...

Mode Opératoire du Tueur :

√ Le Tueur ne s'en prend qu'à des femmes, entre 20 et 30 ans, de toute couleur de peau et de cheveux mais aussi de profession différentes.

√ Les victimes ne sont pas tuées sur le lieu où leurs corps ont été retrouvés. Elles sont préalablement enlevées avant d'être tuées et jetées dans la rue.

√ Après examen du médecin légiste, les victimes ont été tuées par strangulation. Des traces de ligatures ont été retrouvées sur les poignets et les chevilles des victimes.

√ Les victimes sont généralement retrouvées dans des ruelles sombres, vêtues de robe de soirée et maquillées. Seul détail connu uniquement par la police : le Tueur glisse un bouton de rose rouge dans la bouche de ses victimes.

√ Aucun indice n'a encore été retrouvé sur les corps de victimes pouvant donner des indices sur l'identité du tueur. Aucun témoin ne s'est encore fait connaître pour le moment.

Information sur le déroulement de l'histoire : Vous trouverez ci dessous, la description de vos personnages. Si vous avez besoin d'avantage d'informations, n'hésitez pas à me contacter. Le Tueur commencera le topic. Je vous laisse le temps de réfléchir à l'interprétation de vos personnages. Je vous demanderais un maximum de participation afin de ne pas trop faire durer le RP et surtout, ne pas bloquer les autres participants. Je n'instaure pas un ordre de passage car il peut changer en cours d'histoire. Le mieux est de commencer ainsi : MDJ - Kylee - Hadan - Azkadelia. Je reste à votre disposition pour d'avantage d'infos, ne l'oubliez pas.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
S.T.A.R.G.A.T.E
¤ Who are you ¤
¤ Who are you ¤

Date d'inscription : 03/12/2007
Messages : 269

MessageSujet: Re: Another Life Time Sam 1 Oct - 23:58


Kylee Knightley
La jeune Kylee Knightley est une célibataire new-yorkaise pur et dur. Elle est serveuse dans un club de strip-tease, lui arrivant aussi de danser certains soirs pour le plaisir de beaucoup d'hommes. Elle est hyperactive, fêtarde, heureuse de vivre. Mais elle a un gros défaut : elle est cocaïnomane. Il serait dommage qu'on vienne à l'apprendre.

Concernant l'affaire : Elle n'a pas été témoin direct du crime. En rentrant chez elle vers 3h du matin, après son travail, elle a vu le Tueur déposer le corps de sa victime dans la rue où elle se trouvait. Le Tueur ne l'a pas vu à ce moment là. Elle est capable de donner une description sommaire de l'assassin. Elle a contacté la police dès le départ du Tueur et a attendu leur arrivée sur place.




Hadan Bromen
Hadan est un vieux de la vieille dans les rues de New York. Inspecteur dans la police criminelle new-yorkaise, c'est un professionnel. Malheureusement, il ne se débrouille pas assez bien du côté cœur de sa vie. Il est en procédure de divorce depuis plus de 3 mois. Alcoolique en cours de rémission, il suit une thérapie afin de se sevrer de cette boisson du diable, comme il l'appelle. Dans son travail, il est très attentif mais aussi excessivement tenance.

Concernant l'affaire : Il est sur l'affaire de ce tueur en série depuis le début. En cours de route, il a perdu son co-équipier qui ne supportait plus sa mauvaise humeur. Depuis, il est obligé de coopérer avec le police scientifique de New York qui l'aide afin de régler toute cette affaire même si cela ne lui plait guère. Devant si peu d'indice, il piétine dans cette enquête.





Azkadelia A. Tyandas
Lieutenant Azkadelia Tyandas. A première vue, tout lui sourit. Mariée, un enfant, un mari aimant, une carrière éblouissante. Elle travaille au sein de la police scientifique de New-York depuis presque 10 ans. Chef d'équipe dans sa section, elle est aussi une spécialiste ADN. Femme charismatique ayant aussi un franc parlé qui en fait frémir plus d'un, elle souffre d'insomnie chronique qui l'empêche de passer de bonne nuit.

Concernant l'affaire : Elle a rejoint l'inspecteur Bromen il y a 4 mois déjà. Leur relation de travail est très souvent électrique. Malgré leur collaboration, l'enquête est au point mort, le Tueur se faisant extrêmement discret et prudent.





Le Tueur
Personne ne sait qui il est. C'est une véritable ombre que personne n'arrive à voir. Il repère, il traque, il tue, il se débarrasse. Les meilleurs profilers diront qu'il s'agit d'un être perturbé, mentalement instable. Mais lui, préfère se décrire comme un artiste qui cherche une certaine reconnaissance. L'attraper risque d'être plutôt difficile.

Concernant l'affaire Le Tueur a déjà fais 9 victimes aux quatre coins de New York en 6 mois. La dixième approche et qui sait... une onzième pourrait peut-être pointer le bout de son nez...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
S.T.A.R.G.A.T.E
¤ Who are you ¤
¤ Who are you ¤

Date d'inscription : 03/12/2007
Messages : 269

MessageSujet: Re: Another Life Time Dim 23 Oct - 20:45


Il m'appelle. Je le sens. Je ne peux jamais lui résister bien longtemps. L'appel de la mort. En y réfléchissant un peu, je m'approchais de la dixième, ma dixième victime comme les appellent les flics. Personnellement, je les appelle plutôt mes trophées, mes modèles. Je préfère les appeler ainsi. Pour cette dixième fois, je ne dois pas me rater. C'est un cap que je vais franchir. Comme pour les autres, je vais immortaliser sa beauté à jamais. Cela fait déjà 8 jours maintenant que je l'a suis. Elle est splendide. D'habitude, elle laisse sa longue chevelure noire ébène descendre le long de son dos mais aujourd'hui, elle les a attaché dans un chignon haut. Cela me déplait grandement et je vais devoir y remédier. Comme vendredi dernier, elle sort avec des amies dans un bar minable du Queens. Elle mérite beaucoup mieux que de se faire draguer par le premier mec éméché de ce bar. Mais je suis là, à veiller sur elle, assis non loin de là, dans un recoin de cet établissement glauque, sirotant une boisson sans alcool. Je tiens à être frais pour elle.

A la fin de la soirée, elle finit par rentrer chez elle, non loin de là, seule. Je la suis de loin comme à mon habitude. Elle ne me voit pas. Elles ne me voient jamais de toute façon. Je suis invisible à leurs yeux. Trop imparfait pour qu'elles daignent toutes me regarder. Peu importe. Son destin est scellé par moi. Elle arrive devant son immeuble, c'est à moi de jouer maintenant. J'enfile mes gants de cuir noir que j'affectionne particulièrement. Je dois agir avant que la porte d'entrée de son immeuble ne se referme. Par chance, son immeuble est dans une rue peu fréquentée. Je traverse rapidement la rue à vive allure alors qu'elle franchit le seuil de sa porte. D'un pas rapide, j'agis sans plus attendre. Sans qu'elle ne s'en rende compte, je fonds sur elle, l'emportant avec moi dans le hall de l'immeuble. Elle n'a pas le temps de comprendre ce qui lui arrive. Elle essaie de crier mais ma main vient de plaquer de suite sur sa bouche. Son corps se débat contre le mien alors que mon autre main se serre contre sa gorge. Je sais quelle pression il faut pour qu'elle perde conscience. La tuer maintenant, ne me servirait à rien. Mon art ne peut pas s’exercer dans un hall d'entrée d'immeuble. Je l'entends gémir et s'affaiblir de plus en plus. Elle cherche l'air qui lui faisait défaut. Elle finit par perdre connaissance, se laissant aller dans mes bras. Je la rattrape avant qu'elle ne touche le sol et je fouille ses poches à le recherche des clés de son appartement que je trouve assez rapidement. Je la porte jusqu'à son appartement. Je sais exactement où elle habite. L'appartement 216 au second étage. Je fais attention que personne ne me voit. Ce n'est pas le but recherché. L'ascenseur est le meilleur moyen d'aller au plus vite. En quelques instants, me voilà au second étage, devant sa porte. La soutenant toujours, j'ouvre la porte et je m'engouffre enfin chez elle.

Je suis enfin chez elle. L'appartement sent bon les fleurs. Le jasmin je dirais même si je ne suis pas un expert dans ce domaine. Je finis par trouver sa chambre afin de la déposer sur son lit. Je lui défais ses cheveux, emprisonnés dans son chignon qui me déplait tant. Voilà, c'est parfait. Elle  parait si calme, si douce quand elle dort profondément. Mais je dois faire vite avant qu'elle ne retrouve ses esprits. Je l'admirerais un peu plus tard. Je fais un rapide tour de son appartement pour découvrir son univers. Je finis par débrancher le fil du téléphone afin de lui attacher les mains avec ses chevilles. Je n'ai pas envie qu'elle me fausse compagnie trop rapidement. Alors que je lui passe le lien autour de ses membres, elle gémit doucement dans son sommeil. Elle me parait encore plus adorable que jamais. Je termine mon œuvre en détachant le foulard qu'elle avait autour du cou. Au toucher, je dirais qu'il s'agit de la soie. Cela doit être tellement doux à tenir entre ses doigts. Mais il ne faut pas que je m'attarde là dessus. Je finis par la bâillonner avec, afin qu'elle ne réveille pas tout le quartier. J'ai bien fais de me hâter car elle revient à elle. Elle commence à s'agiter dans son sommeil. Je n'ai pas eu le temps de finir mes préparations et cela m'ennuie beaucoup. Tant pis pour moi. Je n'avais qu'à pas traîner. Je la regarde. Elle finit par rouvrir les yeux, doucement. Seul un lampe de chevet éclaire la pièce mais elle me voit. Ses yeux s'écarquillent de peur. Elle se débat et essaye même de crier. Je lui montre mon plus beau sourire avant de m'approcher du lit. Si elle continue à gigoter de la sorte, elle risque de se faire mal. Je décide de grimper sur le lit et de mettre à califourchon sur elle, afin qu'elle se calme mais cela n'eut pas un très gros effet. Je place ma main sur sa gorge afin de la plaquer totalement au lit. Elle se calme rapidement. Ses yeux remplis de peur me regardent. J'arrive à percevoir quelques larmes qui cherchent à s'en échapper. Je lui affiche mon plus beau sourire tout en approchant mon visage du sien.


"Il ne faut pas que tu aie peur. Je vais faire de toi une véritable œuvre d'art. Mais pour cela, tu dois être une gentille fille qui se tient bien. Les belles demoiselles se comportent toujours bien."

Je finis par m'enlever d'au dessus d'elle. Elle semble s'être calmer mais elle ne me quitte pas des yeux. Je n'ai rien contre un peu de public. Je finis par me diriger vers son armoire. J'ouvre les portes et me retrouve devant un nombre incalculable de cintres portant chacun un vêtement. Robe, jupe, haut ou pantalon en tous genres s'étalaient devant moi. Que de choix pour moi. Derrière moi, j'entends des gémissements. A croire qu'elle a décidé de s'agiter de nouveau. Je me retourna afin de lui faire face, la regardant faire. Elle gigote, se retourne, se démène afin de se libérer. Elle finit même par en tomber du lit, se cognant la tête sur le sol par la même occasion. Ma patience commence à être mise à rude épreuve. Mais je dois me calmer. Par terre, elle n'ira pas bien loin. Je continue à parcourir sa penderie jusqu'à tomber sur une housse. Ce qu'il y a à l'intérieur m'intéresse. Je me saisis de la fermeture éclair et j'ouvre. Un très grand sourire de béatitude apparait sur mes lèvres. Une splendide robe de soirée rouge s'offre à moi. Pile ce que je cherche. Je retire le cintre de l'armoire afin d'enlever la housse pour pouvoir admirer la robe dans toute sa splendeur. Elle est magnifique.


"Tu vas être magnifique là dedans, dis-je en me retournant vers elle, toujours à terre. Je suis sur qu'elle doit se demander ce que je compte faire d'elle. Mais, même si je lui expliquais, elle ne comprendrais pas mon geste. La police non plus, ne comprend pas ce que je réalise. Tant pis pour eux, ils ne comprennent en rien, ma vision artistique des choses. Mon esprit divague et rêve  sur mes créations futures même si cela m'est de plus en plus compliqué avec la police qui me court après. Je finis par déposer la robe sur le lit alors que je quitte la pièce. Je sens ses yeux me suivre à chaque pas. Je m'aventure dans sa salle de bain, à la recherche de maquillage et surtout, de bijoux qui iraient tellement bien avec la robe que j'ai trouvé. Je regarde, je fouille, j'explore mais quelque chose m'ennuie. Des bruits un peu plus loin me perturbe. Je décide de tout lâcher pour aller voir. Les bruits viennent de la chambre. Je crains le pire et mes craintes sont fondées. Je sens la colère monter en moi. Elle a osé ! Je ne sais pas comment mais elle a osé. Mais déjà, comment as t-elle fais ? Je suis pourtant habitué à faire ce genre de chose. Elle a réussi a défaire ses liens. A première vue, elle ne m'a pas entendu arriver dans l'encadrement de la porte. Mes yeux se parent de noir. J'arrive à sentir la colère qui en moi.

"Tu n'as pas le droit de faire ça !!"

Je me retiens de hurler afin de ne pas éveiller les soupçons auprès des voisins. Son regard se pose sur moi, effrayé. Elle ne s'attendait sûrement pas que je revienne de si tôt. Il ne lui restait plus qu'à détacher ses chevilles. Elle était futée mais je ne dois pas la laisser faire. Dès qu'elle me voit approcher, elle se libère de ses liens avant de se lever rapidement. Je fond sur elle, vif comme l'éclair. Avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, j'arrive à lui agripper ses cheveux ce qui la stoppa dans sa course. Elle commence à crier, chose que je ne supporte pas. Je la traine un peu plus loin dans la pièce avant de la plaquer contre le mur. Si on l'a entendu, je dois terminer mon œuvre. Ma main droite vint se plaquer contre sa gorge et se mit à serrer de plus en plus. Ma seconde main vient la rejoindre. Je sens ma force se décupler alors que j'arrive à sentir son pouls à travers sa gorge. L'air doit commencer à lui manquer. Je le regarde droit dans les mains alors qu'elle essaye d'happer l'air tant convoitée.

"Tu me déçois. Tu m'obliges à bâcler mon travail, mon œuvre. Mais je te rassure, tu seras quand même un chef d’œuvre. On parlera de toi dans les journaux."

Ses mains essaient tant bien que mal de déloger les miennes mais je tiens bon. Rien ne pourra m'enlever de là. Elle se débat afin de vivre mais j'en ai décidé autrement. Petit à petit, elle se calme, ses forces l'abandonnent et sa vie aussi. Sa tête tombe en avant. C'est finit mais pour moi, cela ne faisait que commencer. Je pose son corps sur le sol et je m'assure qu'elle n'est plus de ce monde et c'est bien le cas. Maintenant, je dois terminer rapidement mon œuvre. Personne ne doit savoir que j'étais là. Je finis tout de même par la réinstaller sur son lit avant de commencer à la dévêtir. Ce petit tailleur noir et blanc ne lui va guère aussi. J'apprécie grandement la vue. La voir ainsi était un véritable délice. Je peux assurer qu'elle sait choisir sa lingerie avec goût. Je finis par lui enfiler sa belle robe rouge. Une belle robe à bretelle fine qui met merveilleusement bien ses formes en valeurs. Avec tout cela, je n'ai pas penser à regarder si elle avait des chaussures qui allaient avec. C'est allez trop vite, cela ne me plait pas. Tout s'embrouille dans ma tête. Cela devait être ma dixième œuvre d'art, elle devait être parfaite mais elle a tout fichu en l'air. Je tourne en rond de la chambre avant repartir dans l'armoire. Tout en bas, une rangée de paires de chaussures me tendent les bras. J'aperçois une paire d'escarpin rouge que je m'empresse de prendre et de lui enfiler aux pieds. En la regardant, j'enrage contre moi même. Une semaine de travail fichu en l'air. Mais je ne dois pas me reposer. Je dois vite finir. Je retourne ce que j'ai laissé dans la salle de bain afin de terminer. Je la maquille très légèrement. Mascara, rouge à lèvre rouge sur ses lèvres. Il ne manque plus qu'une fine paire de boucle d'oreille et le tour est jouer. Elle était prête. Je l'allonge sur le sol afin de refaire son lit et remettre un peu d'ordre dans sa chambre. Comme si rien ne s'était passé. Son foulard termina dans la panière à linge sale tandis que je range son maquillage. Une fois le fil du téléphone rebrancher, je dois maintenant partir. La lumière éteinte, j'ouvre la fenêtre qui donne sur l'escalier de secours, à l'arrière de l'immeuble. Jetant un coup d’œil en bas, j'aperçois ma voiture, toujours garée au même endroit. C'est ce que je fais toujours. Je met ma belle aux bois dormant sur mon épaule afin de passer par la fenêtre, la fermant derrière moi. En silence, je descends les deux étages, le regard à l'affût du moindre petit bruit ou regard indiscret. Les pieds sur le plancher des vaches, j'installe mon œuvre sur la banquette arrière avant de me mettre au volant. Je roule en direction de Brooklyn, à vitesse normale pour ne pas éveiller les soupçons. Cela me prend une bonne heure de route. Serpentant à travers les ruelles nauséabondes, je trouve une petite ruelle sombre et seulement habitée par les rats et les cafards. L'endroit sera parfait. Une belle parmi les bêtes. Seuls le bruit lointain d'une boite de nuit résonne un peu plus loin. Je ne dois pas trainer dans les parages. Je la sors de l’habitable pour l'installer sur le sol, sur le dos. Elle est toujours aussi ravissante. Je peigne ses cheveux avec mes doigts afin qu'elle soit présentable. Mon œuvre est presque totale. Il ne manque qu'une seule chose, la signature. J'ouvre la boite à gants et je le trouve là, posé, attendant qu'on le saisisse. Ce bouton de rose rouge. Je saisis cette fleur délicate dans sa main. Le maestro signe son œuvre. Comme à mon habitude, je le dépose entre ses lèvres. Mon œuvre est complète. Je n'ai rien à ajouter même si je n'ai pas fais ce que je souhaitais faire. Je l'admire une dernière fois avant de remonter en voiture. Tout feux éteins, je sors de la ruelle, laissant derrière moi un travail accompli.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kylee Knightley
Latex Lady

Latex Lady

Date d'inscription : 29/08/2009
Messages : 1065
Localisation : Atlantis

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Open

MessageSujet: Re: Another Life Time Mer 2 Nov - 16:45

New York, New York ! La ville qui ne dort jamais, tout feu, tout flamme, tout paillette ou la diversité et la multiculturalité offre un paysage visuel divers et variés. Ses boutiques de luxe, ses monuments, central-park si vous voulez faire votre jogging ou donner à manger aux écureuils en passant par le très célèbre Time Square. Cela vous fait rêver hein ? Sauf qu’il y a un hic. L’immobilier est à un prix phénoménal et seul les business man, les enfants de bonne famille et les grands de ce monde peuvent se payer le luxe d’habiter au coeur de Manhattan. Trop rupin et trop excentrique, Brooklyn, de l’autre côté du pont offre de meilleurs possibilités et davantage d’authenticité. Qui n’a jamais entendu parler des pièces de théâtres très réputés que les gens du monde entier viennent voir, de l’histoire de ce quartier qui était là, bien avant la construction de la grosse pomme. C’est ici que Kylee est née à l’hôpital Ashton, d’une mère de 17 ans et d’un père tout juste majeur. Trop jeune pour s’occuper de l’enfant, elle fut placée dès son plus jeune âge dans un foyer où elle grandit jusqu’à l’âge de ses 5 ans. Période à laquelle, elle trouve refuge chez des personnes aimantes. Son avenir prenait enfin une bonne tournure, mais à l’adolescence, Kylee se rebelle et décide de faire ses propres expériences, traversant les états unis sur la moto de son chéri. Durant ces quelques mois, ses parents adoptifs meurent d’un accident de la route et la jeune adulte s’en porte pour responsable, avec tous les soucis causés par sa faute. C’est alors que la déchéance pointa le bout de son nez. Son petit ami si aimant et bienfaisant lui fait goûter de la marijuana, puis l’ecstasy avant de finir à l’amphétamine. Son visage angélique prend le contre coup de la prise de drogue et c’est en se voyant dépérir qu’elle décide de tout arrêter… Les réunions anonymes s’enchaînent mais la tentation est trop grande et elle replonge… occasionnellement, arrivant à se maîtriser. Après tout avec le métier qu’elle a trouvé, mieux vaut oublier sa vie de merde de temps à autre. Sa vie actuelle aurait pu être bien différente, mais on ne peut changer les choix passés.

C’est donc ainsi qu’elle passa la porte à l’arrière de la bâtisse. L’entrée des VIP comme on le dit, sauf que là il n’y avait point de stars, mais juste des jolies filles usant de leurs charmes et de leurs corps comme gagne pain. Oui Kylee était strip-teaseuse, cela faisait maintenant 2 ans et ce boulot en lui-même peinait à lui faire joindre les deux bouts, mais les pourboires de ces hommes ingrats lui permettait de sacré extras, comme ce sac Louis Vuitton qu’elle s’était payée. Attention, elle n’était pas escorte-girl, ça jamais elle ne s’abaisserait à ça, mais se trémousser et danser pour et sûr les hommes, ça s’était une autre histoire. Et ce soir, la jeune femme venait de se faire un extra de 200$ pour une danse privée de 20 minutes avec son client habituel. Marcus était un homme d’affaire généreux qui aimait oublier ses soucis à Brooklyn, notamment ses problèmes de couple. Tout en dansant, Marcus avait pris l’habitude de lui parler de ses problèmes et Kylee à l’écouter et à le rassurer. Vers la fin de son service vers 4h du matin, elle se rhabilla et enfila son manteau. En sortant elle huma l’air et regarda la vapeur de s’échapper de sa bouche à chaque expiration. Kylee serra son sac contre elle et marcha dans la ruelle sombre. Qu’est-ce que ce genre d’endroit pouvait être glauque de nuit. Ses talons claquaient contre le sol, encore 80 mètres à serpenter dans ce quadrillage de ruelles et elle arriverait au métro. C’était un raccourci, mais la jeune femme savait qu’elle jouait à chaque fois avec le feu, surtout avec ce qu’elle tenait à la main. Mais dans le même temps, l’adrénaline que cela lui procurait était un brin excitant. Au final elle se retrouva dans la rue et stoppa net au détour d’une ruelle. Une voiture était en train de passer, feux éteint.


« Hey abruti ! Tu peux pas faire attention ! Allume tes phares tu verras peut-être mieux ! » aboya-t-elle en direction du conducteur, qu’elle ne put analyser que durant une fraction de seconde. La voiture tourna sur la route et se mit à accélérer grillant le rouge. Kylee le regarda en secouant négativement la tête. Quel connard celui-là, elle avait failli ne plus avoir d’orteil, ce qui aurait été compliqué pour danser et s’élancer sur la barre. Et un arrêt maladie n’était pas envisageable. Son corps était son gagne pain, alors elle y faisait très attention… bon ok, c’était paradoxal en sachant ce qu’elle avait au fond de son sac, cachait dans un trou de la couture principale. Mais ça c’était autre chose. Kylee voulut avancer, mais une étrange sensation s’empara d’elle, elle jeta un coup d’oeil dans la ruelle d’où provenait la voiture. C’était tout de même étrange qu’une voiture sorte de là ? Non ? Elle avait déjà vu plein de fois les Experts à la télé et un scénario se profila en tête. Elle du se mettre des baffes mentales pour ne pas attiser plus sa curiosité, mais trop tard, elle s’engouffrait déjà dans la ruelle. Ses pas résonnaient contre les murs et au final elle se trouva devant un monticule d’ordure nauséabonds. Elle se pinça le nez, grimaçant mais entrevit un drapé rouge. Un beau rouge qui attira son regard, elle s’approcha prudemment et ce qu’elle vit lui glaça l’échine. Le tissu rouge était en réalité une robe que portait une jeune femme, morte d’apparence. Sans attendre, Kylee se mit à crier de surprise avant de mettre une main devant sa bouche. Ses yeux n’arrivaient pas à se déloger de ce spectacle d’horreur. La pauvre femme avait les yeux exorbitants de terreur, une marque rouge était présente sur son cou et ses longs cheveux bruns lui couvraient la moitié du visage. C’était tellement dur à voir, que ses yeux se voilèrent, la jeune strip-teaseuse était en état de choc. Quand elle eut reprit ses esprits, elle se tourna et sentit un malaise l’emportait, s’appuyant contre le mur, elle régurgita le peu qu’elle avait dans l’estomac, avant de s’éloigner vers la rue illuminait. Tremblotante, elle respira fortement, avant de tatonner dans son sac pour trouver son portable. Il fallait qu’elle appelle la police, ils seraient quoi faire.

« 911 j’écoute.
- Oui bonjour, j’ai… j’ai trouvé une femme morte dans une ruelle à l’angle de la 5ème et de la 12ème à Brooklyn.
- Ok, très bien Mme, nous envoyons une patrouille, Mme pouvez-vous me donner votre nom s’il vous plaît.. »

Sauf que Kylee se mit à réfléchir.. Et si on croyait que c’était elle la coupable. Elle avait assez vu de film policier pour savoir que l’on accusait toujours en premier lieu, la personne qui trouvait le cadavre. Prise d’un instant de panique, elle raccrocha et se mit à faire les 100 pas. Bon elle avait fait une bonne action, les flics n’allaient pas tarder à venir, donc elle pouvait s’en aller. Mais en meme temps cela ferait suspect. Ils avaient certainement dû enregistrer son numéro de téléphone et remonterait jusqu’à elle… et meeerde ! Que faire ? La question ne se posa pas longtemps car une voiture de patrouille tourna dans sa rue. Punaise, il avait été rapide ! Se mettant à réfléchir au quart de tour, elle plongea sa main dans le sac et prit son petit sachet d’amphétamine en poudre. 100$ de jeter, mais c’était pour son bien, elle ouvrit le sachet et le secoua. La poudre s’échappa au gré du vent, puis elle laissa tomber le sachet également juste au moment où la voiture de flics s’arrêtaient.

« Vous allez bien Mme, nous avons reçu un appel d’urgence, Est-ce bien vous qui avez trouver une jeune femme dans cette ruelle. »

Kylee ne put qu’acquiescer et fut incapable de parler. Un quart d’heure plus tard, une ambulance était là, la crim également, elle avait pu repérer ceci au logo de leur voiture et même les experts étaient là. Un épisode de série était en train de se dérouler devant ses yeux sauf que cela était malheureusement bien vrai. Enroulé dans sa couverture de survie donné par un ambulancier, elle attendait assise sur le rebord du camion. On lui avait dit qu’elle allait être interrogée pour le bien de l’enquête en cours. Super. Elle était exténuée par les événements et à presque 5h du matin, la fatigue se faisait sentir. Kylee avait fini par se dire qu’elle dira toute la vérité, de toute façon elle avait rien à cacher ou presque.. Son travail elle n’en n’était pas fière et n’aimait pas en parler, mais au moins cela était son alibi, car une jeune femme marchant dans des coins mal-fréquentés en pleine nuit pouvait paraître louche. Donc la vérité serait le mieux. C’était donc ainsi qu’elle patienta, le regard dans le vide jusqu’à temps qu’une voiture civile avec un gyrophare bleu ne vienne se garer...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hadan Bromen
Master Of My Universe

Master Of My Universe

Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 38

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Open

MessageSujet: Re: Another Life Time Mer 23 Nov - 15:12

La Grosse Pomme, la ville qui ne dort jamais. Ses ruelles bouillonnantes autant le jour que la nuit offraient parfois de véritables spectacles. Pour les noctambules, c'était un véritable régal. La nuit leur offrait une seconde vie. Mais pour l'inspecteur Hadan Bromen, c'était une toute autre histoire. La nuit était plus souvent synonyme d'angoisses. Chaque nuit, il savait ce qu'il pouvait arriver. Un appel en plein milieu de la nuit, un nouveau meurtre a élucidé. C'était depuis plus de six mois. Chaque nouvel appel était synonyme d'un nouveau meurtre généralement. Pendant toute sa carrière, Hadan avait élucidé pas mal de meurtres ou d'affaires en tous genres mais cette affaire là lui sortait par les yeux. Neuf cadavres séjournaient à la morgue depuis plus de six longs mois et pas un seul indice, pas la moindre trace qui aurait pu aiguiller l'inspecteur vers un semblant de piste. Cette enquête lui pourrissait la vie. Elle le hantait nuit et jour. Il ne pouvait s'empêcher de lire et relire les rapports du médecin légiste. Mais rien de lui sautait au yeux. Une vraie parte de temps.

Mais ce soir, Hadan avait décidé de s'offrir un peu du bon temps, histoire de ne plus penser à rien, après son retour de sa réunion comme chaque mercredi. Les Alcooliques Anonymes étaient un bon moyen pour lui de penser à autre chose. Voir mais surtout entendre les déboires d'autres personnes lui faisaient les siens. En ce début de soirée, l'inspecteur avait décidé de s'offrir donc du bon temps, confortablement installé sur la petite terrasse de son appartement, donnant que une rue fréquentée de la ville. Le brouhaha des voitures était presque inaudible du haut de son 10ème étage. Installé sur une chaise longue, profitant du temps clément de la nuit, Hadan fumait sa cigarette d'un main alors que l'autre, tenait une bière sans alcool : la chose la plus dégoutante au monde pour lui mais c'était tout de même un bon substitut afin de ne pas retomber dans sa dépendance aux boissons alcoolisées.  Cela avait ruiné son mariage donc il avait tout sauf envie de replonger pour se gâcher encore d'avantage la vie. Certes, cela ne ramènerait pas sa femme mais il tenait à ne pas mourir d'une cirrhose du foie si jeune.

Se laissant bercer par le bruit du vent qui frappait son immeuble, il finit par s'endormir, sur un fond de jazz sortant tout droit des enceintes de sa chaine hifi. Ses paupières lourdes avaient fini par se clore afin de le plonger dans un sommeil réparateur mais aussi dans des songes agréables avec des petits moutons sautant par dessus la barrière d'un champ verdoyant, sous un ciel bleu et ensoleillé. Bucolique n'est-ce pas. Mais très souvent, ce genre de rêve ne dure qu'un temps. La sonnerie de son téléphone lui parvint aux oreilles. Son réveil fut rapide. Il se jeta sur son appareil afin de prendre l'appel. Sa plus grande peur venait de se réaliser. Un nouveau corps venait d'être découvert et qui semblerait appartenir au même tueur en série que Hadan poursuivait.


"J'arrive."

Ce fut le seul mot qu'il prononça à son interlocuteur avant de raccrocher. Il regarda sa montre. Il était en plein milieu de la nuit. Il ne s'était même pas aperçu qu'il avait dormi plusieurs heures et heureusement car le reste de la nuit promettait d'être long. Ni une ni deux, il sortit de chez lui. Blouson en cuir sur les épaules,  il enfourchant sa moto et démarra au quart de tour. En fonçant à travers la circulation, il pourrait être sur zone dans moins de 30 minutes. La grosse cylindrée résonna dans les rues de New York, fusant à pleine vitesse, zigzaguant entre les voitures qui circulaient encore à cette heure avancée de la nuit.

Les badauds étaient déjà là, entassés les uns sur les autres pour espérer voir quelque chose. La curiosité était un véritable fléau. Hadan réussit tout de même à se faufiler entre les curieux afin de se garer. Montrant pattes blanches afin de passer le cordeau de sécurité, un jeune officier vint à se rencontre sans plus attendre. Par pur politesse il le salua d'un simple geste de la tête.

"Alors, qu'est-ce qu'on a ? lança t-il en avançant vers le corps, tandis que plusieurs policiers s'affairaient déjà autour."

"Une jeune femme, la vingtaine. Morte par strangulation à première vue. Aucun papier sur elle. La scientifique ne devrait pas tarder à arriver."

Ah oui, la scientifique. Sa grande amie n'allait pas tarder à pointer le bout de son nez. Être obligé de travailler avec elle, l'horripilait. Vivement que ce fou soit derrière les barreaux pour qu'il n'ai plus à travailler avec elle. Hadan regarda plus en détail le corps qui jonchait le sol devant lui. Pour lui pas de doute, il avait encore frappé. Il poussa un long soupir de découragement. Il n'arrêterait jamais. Les meurtres se rapprochaient de plus en plus. S'il venait à disparaître dans la nature, les chances de le retrouver seraient nulles.

"Le corps a été trouvé par la jeune femme là bas. Kylee Knighley, serveuse dans un bar pas très loin d'ici. Elle rentrait chez elle quand elle est tombé sur le corps."

L'inspecteur se releva et jeta un coup d’œil en direction de la jeune femme un peu plus loin, assise dans un camion d'ambulancier. Il devait profiter que sa collègue ne soit pas encore arrivée pour prendre les devants.

"Je vais aller l'interroger. Veillez à ce que tout se passe bien."

Sans plus attendre, il se dirigea vers l'ambulance un peu plus loin. Surement encore un témoin qui ne savait rien comme tout les autres qu'il avait déjà pu interroger. Sur place, il congédia l'agent qui était à côté d'elle pour avoir un peu plus d'intimité.

"Mlle Knighley, je suis l'inspecteur Bromen, police criminelle, je vais avoir quelques questions à vous poser. Racontez moi tout depuis le début et surtout, tout ce que vous avez pu voir."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Another Life Time

Revenir en haut Aller en bas
Another Life Time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» You met me at a very strange time of my life. |-| w/ Harley Teller
» This is your life and it's ending one minute at a time. ? Jude
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» — bring me to life
» Life in UCLA

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Stargate Atlantis - Le Jeu :: HORS DU TEMPS :: The other side-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujetSauter vers: